top of page
Rechercher

Plus de bonheur ou moins de douleur ?

Quand nos actions ne sont pas engagées pour favoriser notre évolution, notre bien-être et des prises de conscience indispensables à ces transformations, la seule issue sera une diminution de la douleur.


Une cheville foulée > des béquilles en support pendant quelques jours mais pas de kiné

Une rage de dents > Un doliprane mais je ne vais pas de dentiste

Une peur > une stratégie d'évitement mais pas de psychologue


etc.


Un point commun ? L'EFFORT


Effectivement, il est plus aisé, beaucoup moins épuisant de taire une douleur plutôt que de travailler à ressentir autre chose.


Nous sommes pourtant à l'époque du développement personnel.

La question à se poser serait de savoir s'il s'agit vraiment d'une quête personnelle ou d'un simple effet de mode.

Et surtout pourquoi l'être humain s'obstine-t-il à se satisfaire



d'un à peu près ?

0 vue0 commentaire

コメント


bottom of page